Mots-clés : constructivisme, psychologie, cultures, contextes culturels, pratiques sociales et culturelles, transmission sociale et culturelle, cognition, enaction, connaissances, développement cognitif, enfants d'âges préscolaire et scolaire.

mardi 1 mars 2011

Cadres de référence

Il n'est pas très facile de mettre en évidence un "processus psychologique" dont certaines caractéristiques varient selon les cultures. La représentation que l'on se fait de l'"espace" est un bon exemple. On sait depuis longtemps qu'il existe plusieurs façons de décrire oralement les relations spatiales pouvant exister entre deux objets dans un espace "proche" (Levinson, 2003). Ainsi, dans la photo ci-après (Courrèges et Troadec, 2009), ces relations peuvent être décrites, en français, comme suit:
 
  • Le crayon à papier est à droite du personnage (le cadre de référence est centré sur soi);
  • Le crayon à papier est devant le personnage (le cadre de référence est centré sur l'objet);
  • Le crayon à papier est au sud du personnage (le cadre de référence est centré sur l'environnement).
Si les deux premières descriptions sont familières aux langues et cultures occidentales, la troisième ne l'est pas. Elle est pourtant fréquente dans d'autres langues et cultures du monde. On peut conseiller, outre les nombreux travaux de Levinson et de ses collaborateurs, l'ouvrage récent de Dasen et Mishra (2010) qui présente les débats théoriques sur cette question et un ensemble de recherches originales, concernant notamment des enfants.

Pour illustrer rapidement comment cela se passe, voici trois dialogues d'enfants recueillis par des étudiants en psychologie de l'ISEPP à Papeete, en Polynésie française, où l'on sait que la culture et la langue polynésienne ont privilégié une représentation de l'espace centré sur l'environnement. L'un des enfants guide l'autre qui a les yeux bandés et doit effectuer un parcours de huit segments.

Exemple 1. Cadre de référence « centré sur soi ». Deux garçons, âgés de 9-10 ans (CM1), de culture française, nés en Métropole et résidant à Tahiti depuis 4 ans, observés dans le jardin d’une maison située en bord de mer.
Segment
Dialogue
1
Tout droit. Tout droit encore. Encore. Stop. Tourne.
2
Non. Tourne à droite [avec un geste de la main]. Non. Recule [avec un geste de la main]. Tourne sur place, mais pas un tour, hein. Non. Un tout petit peu. Tout droit. Stop [avec un geste de la main].
3
Tourne à droite. A droite [avec un geste de la main]. Tout droit. Tout droit. Non. Recule un peu. C’est bon. Tourne à droite [en se déplaçant]. Stop.
4
Tourne un peu à gauche, mais sur place. Voilà. Maintenant, tout droit. Non. Recule [en faisant un mouvement]. Tourne un peu à gauche [en se déplaçant]. Encore. Voilà. Tout droit. Tout droit. Tout droit. Encore. Stop.
Etc. Etc.

Exemple 2. Cadre de référence « centré sur l’environnement ». Deux garçons, âgés de 10 ans (CM2), d’origine polynésienne, observés sur une dalle de ciment, entre deux bâtiments, dont les toilettes, dans la cour de leur école, aux îles Marquises.
Segment
Dialogue
1
Tout droit. Stop.
2
Tourne vers tai [= mer]. Avance. Stop.
3
Vas vers le côté des toilettes. Tout droit. Stop.
4
Vers tai [= mer]. Tout droit [avec un geste de la main].
5
Côté maison. Avance. Stop.
6
Décale. Tourne-toi. Un petit pas tourné vers la montagne. Maintenant, avance à grands pas. Grands pas. Maintenant, un petit pas vers le côté du col de Aakapa [E1 rit en montrant la montagne du doigt].
7
Tourne vers tai. Avance. En vitesse ! Stop.
8
Côté maison. Avance. OK. Stop.

Exemple 3. Conflit de cadres de référence. Deux filles, âgées de 7-8 ans (CE1), l’une d’origine polynésienne (le guide), l’autre d’origine française (l’enfant guidée), observées dans une salle de classe de leur école, à Tahiti.
Segment
Dialogue
1
Viens là-devant. Par là. Tu suis la mer [E2 ne comprend pas et ne va pas dans la direction attendue]. T’es bête ? J’ai dit devant.
2
Vas à gauche [E2 va à droite]. Mais non, j’ai dit à gauche [en désignant sa gauche du doigt] [E2 dit : je suis allée à gauche]. Ben, l’autre côté. Encore. Encore. Voilà. Stop.
3
[…]
4
[…]
5
[…]
6
Tourne jusqu’à je te dis stop. Stop. Maintenant, tu suis la ligne et tu avances jusque quand je te dis stop. Stop.
7
Tourne-toi un petit peu à ta droite. Encore un petit peu. Voilà. Maintenant, tu avances tout droit.
8
Vas devant. Tu vas vers la mer [E2 dit : mais, je ne vois pas la mer !]. Ah oui, c’est vrai [rires…]. Ben, tourne encore un peu. Voilà, stop. Maintenant, tu afaro [= tu avances tout droit] jusqu’au bout [E2 dit : tu quoi ?] Aue ! Ben, tout droit.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.